top of page

Pourquoi s'éduquer sur ces sujets ? 

Le monde est confronté à une triple crise planétaire du changement climatique, de la perte de biodiversité et de la pollution de l'air, de l'eau et du sol. Cette crise a des conséquences considérables sur la vie, la santé et la dignité des personnes. Chaque année, la pollution est responsable d'environ 9 millions de décès prématurés dans le monde. La pollution de l'air a causé 6,7 millions de décès en 2019, tandis que la pollution de l'eau était responsable de 1,4 million de décès prématurés et le plomb de 900 000 décès prématurés. Des centaines de millions de personnes souffrent de maladies, tandis que des milliards sont confrontés aux menaces imminentes du changement climatique, se manifestant par des tempêtes plus fréquentes et plus intenses, des sécheresses, des incendies de forêt et l'élévation du niveau de la mer.

 

Comme l'a souligné David R. Boyd, Rapporteur Spécial des Nations Unies sur les droits de l'Homme et l'environnement, l'histoire atteste que les droits de l'homme peuvent faire une réelle différence, avec des mouvements passés ayant réussi à utiliser les principes de liberté et d'égalité pour mettre fin à l'esclavage et entraîner des changements sociétaux transformateurs. Les femmes, les militants des droits civils, les peuples autochtones et les défenseurs des droits des personnes handicapées ont exploité le pouvoir des droits de l'Homme pour catalyser des transformations significatives. Les droits de l'Homme ont un solide bilan de changements transformateurs dans la société, ils sont « parmi les plus puissants moteurs de changement de l'humanité ».

Nous pourrions nous demander pourquoi les droits de l'Homme sont mis en avant alors que ce sont souvent les humains qui détruisent la nature. Pourquoi se concentrer sur les humains plutôt que sur l'environnement ? Cette vision anthropocentrique est en réalité un choix stratégique. Comme l'a déclaré David Boyd : "En intégrant les droits de l'homme dans l'équation, nous disposons désormais d'institutions, de processus et de tribunaux capables de dire aux gouvernements que la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la suppression progressive des combustibles fossiles ne sont pas facultatives. Ce sont des obligations qui incluent la régulation des entreprises pour s'assurer qu'elles respectent le climat, l'environnement et les droits de l'Homme." Cette approche ne néglige pas et ne s'oppose pas au développement récent des droits de la nature. Elle tire plutôt parti de l'élan actuel des droits environnementaux aux niveaux international et régional pour maintenir la pression sur les États et créer de fortes obligations de protection de l'environnement et de réparation des dommages causés.

 

Dans cette section se trouvent certains des droits environnementaux les plus puissants qui devraient être reconnus comme des droits humains fondamentaux dans un instrument juridiquement contraignant pour assurer une meilleure protection de l'environnement et de la santé de tous.

bottom of page