top of page

Le droit à un océan propre, durable et sain

Les océans sont indispensables à la vie humaine. Ils sont source de nourriture, régulent le climat en favorisant le déplacemement la chaleur autour de la Terre, sont des supports de la biodiversité et sont au coeur de d'usages culturels et de loisir. En absorbant environ 90 % de l'excès de chaleur provenant des émissions de gaz à effet de serre, les océans jouent un rôle essentiel dans la régulation du climat. Protéger la santé de nos océans garantit que ces services essentiels continuent d'assurer le maintien de la vie humaine.
 

Cependant, en brûlant davantage de combustibles fossiles chaque jour, nous libérons plus de dioxyde de carbone. Ce dioxyde de carbone piège la chaleur par effet de serre. Lorsque l'océan absorbe trop de chaleur, il ne peut plus stabiliser le climat.
 

Par conséquent, nous devons reconnaître le droit à un océan propre, sain et durable comme faisant partie intégrante du droit à un environnement sain. Étant donné que l'attention se porte généralement sur la partie terrestre de la planète dans la lutte pour la protection de l'environnement, il est particulièrement important de reconnaître l'importance spécifique des océans. De plus, à l'instar du droit à un environnement sain dont il fait partie, le droit à un océan sain est interconnecté avec plusieurs autres droits humains, y compris les droits à la vie, à la santé, à l'alimentation, à l'eau et à un niveau de vie suffisant. Il englobe également des droits procéduraux tels que l'accès à l'information environnementale, la participation du public à la prise de décisions et l'accès à la justice.


Les experts internationaux des droits humains et les défenseurs de l'environnement mettent de plus en plus l'accent sur la nécessité de protéger le droit humain à un environnement sain, en particulier dans le contexte de la gestion des océans.
 

La reconnaissance du droit à un océan propre, sain et durable offrirait plusieurs avantages. Elle soulignerait l'importance partuclière que revêt de la gestion et de la protection des océans, garantissant des obligations pour les États de prévenir la dégradation marine, de promouvoir la biodiversité, de gérer la pêche de manière durable et d'atténuer les impacts du changement climatique. Cette reconnaissance favoriserait le dévellopement de processus décisionnels plus inclusifs en garantissant que les groupes vulnérables et marginalisés, en particulier ceux dépendants de la mer ou vivant sur des zones côtières, puissent accéder à l'information, participer de manière concrète à la prise de décision et obtenir justice. Elle permettrait également de reconnaître responsable le secteur privé pour ses impacts environnementaux, exigeant des entreprises qu'elles fassent preuve de diligence raisonnable et mettent en place des mécanismes de recours transparents.
 

Dans l'ensemble, ce droit est un appui aux efforts mondiaux dans la lutte contre le changement climatique, la protection de la biodiversité et la promotion du développement durable, contribuant ainsi au bien-être des générations présentes et futures.

Sources : 

1. The human right to a clean, healthy and sustainable ocean, Nathan J. Bennett, Elisa Morgera & David Boyd, https://www.nature.com/articles/s44183-024-00057-7
2. La page droits environnementaux de Ocean Hub: Environmental and Human Rights Law | One Ocean Hub
 

bottom of page